Newsletter 
  INSCRIPTION Inscription | ESPACE ANNONCEURS Publicité | CONTACT Contact |PLAN DU SITE Plan


Europétrole, le portail de l'industrie du pétrole
 
 accueil | actualité française | actualité internationale | recherche | interviews | focus | actualité par entreprise | actualité pétrole/gaz de schiste 
  • Trois questions à Jean-Nicolas Cloué, Directeur de la Communication de "BP France"
    édité le 06/03/2012

Que représente "BP France" en 2012 ?

Nous avons vendu notre réseau de stations-service à la marque BP à la Société Delek en octobre 2010. Depuis, nos activités se concentrent donc exclusivement sur nos clients professionnels : les carburants et les combustibles (Supers, Gazole, Fioul Domestique et Gazole non routier), les lubrifiants industriels et les lubrifiants automobiles, les carburants marine, les carburants aviation et les bitumes. Nous avons une part de marché de 10% à 30% selon nos segments de clientèle.

Quelle est la stratégie de "BP France" ?

La France est un marché mature mais important pour nous et notre stratégie est de continuer d'optimiser nos offres de produits de qualité à destination de nos clients.

Comment se positionne "BP" face aux deux défis majeurs du 21e siècle, le succès croissant des véhicules électriques et la diminution des ressources naturelles de pétrole ?

"BP" a intégré ces challenges dans sa stratégie depuis longtemps et nous sommes par exemple très présents dans le domaine des biocarburants. Nous pensons néanmoins que les hydrocarbures (pétrole et gaz) resteront une source d'énergie très majoritaire pour les prochaines décennies, que ce soit parce qu'elles resteront plus pratiques à utiliser ou plus économiques que certaines énergies alternatives.
Concernant les ressources naturelles, nous continuons de découvrir plus de ressources que nous n'en consommons, partout dans le monde. Si les économies d'énergie rentrent dans les moeurs dans les pays occidentaux, les pays émergents sont de plus gros consommateurs chaque année et les nouveaux gisements nécessitent des techniques d'exploration production de plus en plus complexes. Nous ne manquerons donc pas de pétrole demain (on peut estimer qu'il y a des réserves qui équivalent à une quarantaine d'années de consommation) mais on peut s'attendre à un coût plus élevé de l'énergie à l'avenir.

Propos recueillis par Alain Haimovici


 
Les dernières interviews


>> Toutes les interviews
 



Europétrole © 2003 - 2019