Newsletter 
  INSCRIPTION Inscription | ESPACE ANNONCEURS Publicité | CONTACT Contact |PLAN DU SITE Plan


Europétrole, le portail de l'industrie du pétrole
 
 accueil | actualité française | actualité internationale | recherche | interviews | focus | actualité par entreprise | actualité pétrole/gaz de schiste 
Partager :

  • Avec une prise de commandes qui ne s’améliore toujours pas, les ingénieristes tablent désormais sur une reprise lente de l’activité économique
    édité le 27/07/2020 - Plus de news de "Syntec-Ingénierie" - Voir la fiche entreprise de "Syntec-Ingénierie"


Avec une prise de commandes qui ne s’améliore toujours pas, les ingénieristes tablent désormais sur une reprise lente de l’activité économique
Paris, le 27 juillet 2020 – Mesures de soutien aux entreprises, plans de relance sectoriels… Alors que le gouvernement multiplie les initiatives pour enclencher la reprise, les niveaux d’activité économique restent bas. L’ingénierie, qui intervient en phase amont dans les secteurs industriel et de la construction, enregistre toujours une contraction de ses prises de commandes, selon la dernière édition du Baromètre économique de Syntec-Ingénierie. Avec des investissements qui restent atones dans les études et la conception, c’est, en cascade, tous les acteurs de l’écosystème qui seront impactés à moyen et long termes – équipementiers, fournisseurs, constructeurs, entreprises de travaux publics, etc.

Pierre Verzat, président de Syntec-Ingénierie :
« Le niveau d’activité de l’ingénierie est un indicateur avancé de ce que sera l’activité économique dans 6 mois. Malgré les efforts salutaires du gouvernement, la machine économique est à la peine et la reprise paraît lointaine. C’est une mauvaise nouvelle pour notre profession, bien sûr, mais plus largement pour l’ensemble des acteurs économiques. Pour préserver nos entreprises et nos emplois, il faut de toute urgence investir massivement dans les projets mais aussi dans la formation de nos collaborateurs. » déclare Pierre Verzat, président de Syntec-Ingénierie.

Un marché qui reste atone…
L’ingénierie accompagne maîtres d’ouvrages et industriels dans la conception et réalisation de leurs projets industriels et de construction (aéronautique, automobile, environnement, construction, infrastructures, industrie, énergie, chimie, numérique, etc.).

Plus d’un mois après le déconfinement, le marché reste atone et 80% entreprises d’ingénierie souffrent d’une baisse des commandes. Un niveau qui reste comparable à celui du 17 mars et qui grève le taux d’occupation des équipes. Seules 15% des entreprises interrogées déclarent avoir des collaborateurs occupés à 100% et au global, les répondants estiment que 75% de leurs effectifs seront encore sous-occupés à la rentrée de septembre.

Seul un quart des entreprises d’ingénierie pense pouvoir retrouver en octobre un niveau d’activité comparable à celui de l’an passé à la même période, essentiellement dans les secteurs d’activités les moins exposés.

… et des entreprises qui restent confrontées à des difficultés de trésorerie
Sous l’effet de la crise, les délais de paiement continuent de s’allonger. Pour 1/3 des entreprises, ils ont dépassé les 15 jours et pour 10%, ils se hissent désormais à un mois. Cette tendance est liée au marché privé pour 83% des répondants.

Dans le même temps, les 2/3 des entreprises d’ingénierie interrogées s’inquiètent de voir leur trésorerie mise à mal par le ralentissement de l’activité économique. Pour près d’1 entreprise sur 2, le risque est imminent et se situe dans les 6 mois à venir ou moins. Une situation compliquée, qui explique que 54% des répondants estiment désormais que la reprise sera lente et pas avant un an au moins (vs. 43% début juin).

Un retour au bureau qui s’accompagne d’une amélioration de la productivité
Fait nouveau : la productivité des équipes repart enfin à la hausse et 1 dirigeant d’entreprise sur 2 l’estime désormais stabilisée. En parallèle, on observe une inversion de la part des équipes en télétravail. Alors que les éditions précédentes comptabilisaient 41% des collaborateurs en télétravail, en juin ils ne sont plus que 31% à travailler depuis leur domicile et 39% ont retrouvé le chemin du bureau.

Dans le même temps, l’activité partielle baisse en proportion mais se maintient à un niveau élevé : 10% des effectifs en moyenne y sont toujours soumis. En l’espace de 2 semaines, l’on compte 4 fois plus de salariés en formation pour développer leurs compétences et préparer l’avenir.

« Après le déconfinement, l’assouplissement au 24 juin du protocole sanitaire en entreprise a marqué un pallier décisif vers la reprise économique. Le tout-télétravail a été un incroyable palliatif à la crise, mais il était évident qu’il ne pouvait devenir un substitut pérenne. Il était urgent pour nos collaborateurs de se retrouver, de faire équipe, de confronter leurs idées pour innover… Il n’est pas étonnant de voir que le retour au bureau s’est accompagné partout d’un regain de productivité de nos équipes. Le télétravail se généralisera, c’est certain et souhaitable, mais un nouveau point d’équilibre est à trouver. » commente Pierre Verzat.

*Baromètre réalisé par Syntec-Ingénierie auprès de ses adhérents au cours de la semaine du 22 juin. Les répondants sont des entreprises de toutes tailles, qui interviennent dans l’industrie et la construction et dans tous les secteurs d’activité d’ingénierie.

A propos de Syntec-Ingénierie

Avec près de 400 entreprises adhérentes et 13 délégations régionales, Syntec-Ingénierie est la fédération professionnelle de l’ingénierie. De la conception à la réalisation, les entreprises d’ingénierie pilotent les projets dans les secteurs du bâtiment, des infrastructures et de l’industrie. Garantes des solutions technologiques, elles concrétisent les idées nouvelles qui répondent aux défis et modes de vie de demain : infrastructures connectées, smart building, industrie du futur, ville durable… L’ingénierie est un secteur dynamique et créateur de richesses qui compte 47,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 312 000 emplois partout en France.*

Présidée par Pierre Verzat depuis novembre 2018, Syntec-Ingénierie a pour missions de promouvoir l’ingénierie et ses métiers, de représenter l’ingénierie et de défendre la profession ; et d’anticiper et décrypter les enjeux sociétaux pour favoriser le développement de l’ingénierie de demain.

* source : Etude Kyu Lab pour Syntec-Ingénierie sur l’ingénierie française – juin 2017


Origine : Communiqué Syntec-Ingénierie

Voir la fiche entreprise de "Syntec-Ingénierie"



Les dernières news de "Syntec-Ingénierie"

 
 
 
Emploi-Pétrole
 
Rechercher une news



française internationale








 
Les dernières news France


>> Toute l'actualité France     >> RSS
 
Recherche de news par tags

abu-dhabi adnoc aker-solutions algeria algerie algerie alstom amec anadarko angola apache australia axens azerbaijan baker-hughes barents-sea bechtel bg-group bp brazil canada carburant cbi cgg chevron china chiyoda cnooc cnpc co2 commission-europeenne compressor conocophillips consommation cpdp deepwater discovery drilling e-on edf egypt emerson engie engineering eni equinor exxonmobil feed flng flowline fluor fluxys fmc foster-wheeler fpso fsru fugro gabon gas gaz gazprom gazprom-neft gdf-suez ge ghana gnl gtt gulf-of-mexico hess india indonesia inpex iraq jacobs jgc kbr keppel licence lng lukoil lundin maersk-drilling malaysia mcdermott methanier mozambique natural-gas nigeria nigeria nord-stream north-sea norway novatek offshore oman omv opec pdvsa pemex petrobras petrofac petronas pgnig pipeline platform qatar qatar-petroleum qatargas raffinerie refinery repsol rig riser rosneft russia rwe saipem santos saudi-aramco schlumberger seadrill senegal shah-deniz shale-gas shell sinopec socar sonatrach south-stream statoil subsea subsea-7 survey tap technip technipfmc texas total transocean tullow turbine ufip uk us vallourec vopak well wintershall wood-group woodside



Europétrole © 2003 - 2020